Valérie Murat condamnée à 125 000 € de dommages et intérêts. Pour la Maison des Lanceurs d’Alerte, « les poursuites-bâillons sont de plus en plus créatives ».

Laurie-Anne Toulemont revient sur le procès qui a opposé Valérie Murat et l’association Alerte aux toxiques au CIVB (Conseil Interprofessionnel du Vin de Bordeaux) dans sa chronique 3 minutes pour la planète. L’occasion, pour la Maison des Lanceurs d’Alerte, de dénoncer la recrudescence des poursuites-bâillons en Europe.

 

Écouter la chronique
 
 

 

 

Faire un don