« Les poursuites contre Julian Assange menacent les sources des journalistes, donc les lanceurs d’alerte. » J.-P. Foegle, coordinateur de la MLA, invité du Grain à Moudre sur France Culture

Jean-Philippe Foegle, coordinateur en charge du plaidoyer à la Maison des Lanceurs d’Alerte, était l’invité du Grain à Moudre sur France Culture pour parler de Julian Assange et, plus généralement, des lanceurs d’alerte comme armes géopolitiques.

 

Les poursuites contre Julian Assange menacent les sources des journalistes, donc menacent les lanceurs d’alerte.

 

Réécouter l’émission du 30 avril 2019

 

L’avocat de Julian Assange va porter plainte. Devinez pourquoi ? Son client est victime… d’une fuite de données. Des milliers de documents qui le concernent auraient été interceptés et divulgués – il s’agit tout à la fois de textes, d’écoutes et de documents vidéo, sur sa vie privée et la préparation de sa défense. L’avocat soupçonne le personnel de l’ambassade d’Equateur à Londres, dont son client a été expulsé le 11 avril dernier.

Certains s’amuseront de l’arroseur arrosé concernant le spécialiste mondial de la fuite de données. D’autres s’en amuseront moins, car on ne sait pas ce qui attend Julian Assange, visé par une demande d’extradition de la part des Etats-Unis: alors que Donald Trump semble avoir tiré parti de Wikileaks pendant la campagne présidentielle, il préfère aujourd’hui s’en laver les mains.

Julian Assange trouvera peut-être plus de soutien auprès de la Russie, qui a dès son arrestation accusé Londres « d’écraser la liberté »… Quoi qu’il devient difficile de comprendre quels intérêts servent les chevaliers blancs des données, des « papers » des « files » et autres « leaks ». Certains Etats en ont peur, d’autres essaient de les séduire, et en la matière le vent tourne vite…

Alors : les lanceurs d’alerte sont-ils utilisés comme une arme géopolitique ?

 

Réécouter l’émission du 30 avril 2019